Nous contacter au +33 1 84 20 44 13

Quels sont les tests incontournables pour une application mobile ?

En 2018, les applications mobiles sont partout. Omniprésentes dans la vie des Français, il est nécessaire que leur fonctionnement soit le plus fluide possible.

I. Les enjeux des tests

.

L’application mobile est extrêmement dépendante du support sur lequel elle va être utilisée. Et chaque device est différent. Dans un premier temps, un outil sera donc déployé pour étudier la ventilation des utilisateurs qui se connectent à une application, en fonction de leur matériel et de leur version OS. Il est très important d’identifier les devices précis sur lesquels est utilisée l’application. Car deux applications, aux finalités et environnements différents, n’auront pas la même population d’utilisateurs.

Cette première partie est fondamentale car elle va déterminer le volume et l’envergure de la couverture des tests à réaliser, non pas en terme fonctionnel, mais en terme d’hétérogénéité des devices utilisés. Par exemple, une application métier utilisée par les collaborateurs d’une entreprise avec leur téléphone de fonction (un seul type d’OS) ne nécessitera de réaliser des tests que sur ce device. A contrario, une application de divertissement pourra être utilisée de façon homogène par cinq, huit ou dix devices différents, ce qui nécessitera de réaliser une batterie de tests de non régression pour chacun.

L’objectif à terme : vérifier qu’un maximum d’internautes, sur les devices identifiés comme les plus utilisés pour ouvrir une application, y naviguent sans problème. Sans problème cela signifie sans dysfonctionnement, de façon fluide et sans bug. Car une application mobile qui bug verra obligatoirement sa note diminuer sur le portail iTunes ou Google Play. Il faut garder à l’esprit que les utilisateurs d’une application mobile sont très volatiles : ils peuvent sans difficulté l’abandonner en la supprimant de leur mobile.

II. En pratique

.

CloudNetCare a eu l’occasion d’intervenir pour un grand opérateur téléphonique. Cette entreprise proposait, à destination de ses collaborateurs, une application mobile déployée en agence sur tablette. Comme un seul type de device était utilisé pour ouvrir l’application, les tests de non régression ont été réalisés sur ce seul type de tablette déployé en magasin. L’application mobile destinée aux clients finaux a aussi été testée. Après que l’entreprise ait étudié la ventilation réelle des devices parmi sa population d’utilisateurs, les tests ont été déployés par CloudNetCare sur plusieurs devices différents : sept en l’espèce.

De façon concrète, lorsque les équipes du client développent des nouvelles fonctionnalités pour une application mobile, un canal permet aux équipes CloudNetCare de récupérer les packages : l’APK pour Android, et l’IPA pour iOs. La couverture de tests fonctionnels établie conjointement avec le client est exécutée sur les devices physiques identifiés, combinés aux jeux de données correspondant, et ce pour corriger tout dysfonctionnement avant une publication sur l’Apple store ou sur Google Play. 

III. Les tests incontournables

.

Le test incontournable pour une application mobile est le test de non régression. Dans l’idéal, il reproduira à l’identique de la réalité le parcours d’un mobinaute qui utilise une fonction, afin de s’assurer de son accessibilité. Ce test pourra être réalisé sur de véritables téléphones, parmi les modèles les plus fréquemment utilisés parmi les utilisateurs de l’application. A minima, des tests réalisés sur des émulateurs iOs ou Android peuvent aussi être utiles, mais moins exacts dans leurs résultats.

Il peut aussi être profitable de mettre en place un test de supervision applicative : vérifier qu’à tout instant, les fonctionnalités qu’on met à disposition sont bien disponibles.

Pour une application mobile, inhiber les dysfonctionnements est encore plus stratégique que pour une application web. Pour cette dernière, si un bug est identifié, les équipes de développement pourront y travailler et mettre en production immédiatement pour réduire à quelques heures l’utilisation de cette application bugée.

En revanche, pour une application mobile, cette publication et mise à disposition des utilisateurs finaux dépend non seulement d’un délai incompressible dicté par les éditeurs (Google et Apple) mais aussi de la volonté propre de l’utilisateur, qui décidera ou non de mettre à jour l’application.

Les dernières actualités

Comment assurer l’UX sur vos applicatifs ?

L’UX (User Experience) passe par la disponibilité de votre site internet ou de vos applicatifs tout au long du parcours de l’utilisateur. Vous avez certainement mis en place des clauses ou des objectifs minimums d’accessibilité. Mais comment s'assurer de la viabilité de l'application sur son environnement de production ?

ESSAYER GRATUITEMENT
2018-07-18T09:50:54+00:00